Les tempêtes, la bête noire des navigateurs

Il n’y a rien de plus agréable qu’une excursion en mer, bercée par le doux clapotis des vagues et la douceur de l’air marin. Pourtant, cette situation idyllique peut tourner au cauchemar lorsqu’une masse de nuages s’amoncelle à l’horizon. Alors survient de nulle part la bête noire de tous les navigateurs, même des plus chevronnés : la tempête.

Mieux comprendre les tempêtes en mer

Photographie d'une tempête se formant au large

Elle revêt plusieurs noms : ouragan, typhon, cyclone ou blizzard en fonction des zones du globe où elle se trouve. Leur point commun est un vent fort, très violent qui dépasse les 90 km/h. Sur l’échelle de Beaufort, un vent de force 10 est déjà considéré comme une dépression atmosphérique.

Sa genèse résultat de la rencontre en mer entre deux masses d’air, appelées aussi fronts. Il existe des fronts chauds et des fronts froids. Quand ceux-ci se rencontrent et s’entrechoquent, du fait de la différence de leur densité, ils forment une tempête. L’énergie qu’elle libère est capable d’atteindre 200 kilotonnes par seconde, soit dix fois celle de la bombe nucléaire lancée à Hiroshima en 1945.

Des exemples de tempêtes meurtrières ont jalonné l’Histoire. On retiendra la tristement célèbre Katrina qui prit corps dans le golfe du Mexique et ravagea La Louisiane en 2005 causant plus de 1 836 morts et 108 milliards de dollars de dégâts matériels. Ou bien l’impitoyable cyclone de Bohla au Bangladesh en 1970 qui s’était formé au-dessus du golfe du Bengale et fit 500 000 morts, dus en majorité aux importantes inondations qui ont suivi.

 

Comment prévenir une tempête en mer ?

Mer agitée

Il est d’emblée admis que la tempête est un phénomène naturel insurmontable. Bien que les techniques de navigation se soient perfectionnées, la nature reste toujours indomptable. Généralement, le meilleur moyen de se protéger d’une tempête en mer est de respecter scrupuleusement les indications et alertes météorologiques. Météo France, avec ses modèles de prévision numérique, sera votre meilleure alliée. N’oubliez pas lorsque vous sortez en mer de vous équiper des dispositifs de sécurité comme les bouées et les gilets de sauvetage, les fusées de détresse, l’incontournable canot de sauvetage et enfin l’indispensable trousse de secours. Veillez également à mettre en place des balises et vérifier la portée de votre fréquence radio. Le GPS est l’outil idéal pour permettre de vous localiser rapidement.

En plus des équipements technologiques et sécuritaires, les marins peuvent se fier à leurs instincts et l’expérience des plus anciens qui ont su au fil des siècles interpréter les nuages, la surface de l’eau et le vent. Les Coptes égyptiens avaient un calendrier météorologique qui pouvait prévoir les jours de coup de vent en se fondant sur les lunaisons, si elles étaient montantes ou descendantes. Des dictons, tels « quand la lune est rousse, ou il pleut ou il souffle » ou « tonnerre au soir présage un pluvieux orage » ont scientifiquement été approuvés. Enfin, les animaux marins sont aussi d’excellents annonciateurs de mauvais temps. Un groupe de dauphins qui s’approchent de la côte ou des mouettes qui se mettent à criailler sont souvent les signes d’une tempête en mer

Conduites à tenir en cas de tempête en mer

Photographie d'un voilier échoué sur une plage

Si par malheur vous vous retrouvez au cœur d’une tempête en mer, revêtez immédiatement votre gilet de sauvetage et sollicitez les secours en lançant une fusée de détresse ou en indiquant votre position par le biais de balises lumineuses. Vous devrez aussi demander de l’aide par radio et activer la fonction d’alerte de votre GPS. N’oubliez pas de vous mettre à l’abri dans les canots de sauvetage si votre embarcation tangue dangereusement. C’est notamment le cas des voiliers qui ont leur quille endommagée.

Restez bien évidemment calme et surtout, pensez à agir vite, car avec des rafales et une pluie de plus en plus violentes, les premières initiatives à bord seront déterminantes pour la suite des évènements. Après les événements, il est toujours primordial de faire un bilan de santé pour identifier d’éventuels traumatismes. Vous pourrez également consulter un psychologue.

Laisser un commentaire