Les risques en mer : les requins

Diabolisés au cinéma, dans les livres et les médias, les requins représentent un réel danger en mer. Même s’il est affirmé que le moustique tuait 80 000 fois plus que le requin et qu’il y avait autant de risque de finir écrasé par un éléphant que d’être dévoré par ses dents acérées, le requin doit être considéré avec une grande prudence. Selon l’International Shark Attack File, 701 attaques de requins dont 44 mortelles ont été dénombrées entre 2005 et 2014.

Les précautions à prendre en mer

Photos d'un requin

La première précaution à prendre est d’éviter les zones en mer réputées pour ses attaques de requins. A moins d’avoir un penchant pour le risque et les montées d’adrénalines, nous vous conseillons d’éviter les spots comme Saint-Leu ou Trois–Bassins à l’île de La Réunion, Recife au Brésil, New Smyrna Beach en Floride, les îles Kauai à Hawaï ou encore Port St-Johns en Afrique du Sud.

Les requins disposent d’un odorat très développé et sont très sensibles aux émanations du sang. Abstenez-vous de vous baigner blessé ou avec une coupure, même minime. Il faut toujours nager en eau claire, de préférence durant la journée. Au petit matin ou au crépuscule, l’eau est trouble et ils pourraient vous confondre avec son alimentation courante, comme le phoque ou l’otarie. De même, ne portez pas d’objets scintillants ou du blanc sous l’eau. Ces reflets inhabituels peuvent éveiller leur attention. Enfin, nagez toujours groupé, car les squales préfèrent les nageurs isolés.

Comment réagir face à un requin ?

Photos d'un requin en mer

Si vous vous retrouvez un jour nez à nez avec un requin, votre première réaction sera certainement pareille à celle de tout être humain : l’effroi. Durant un moment qui vous semblera une éternité, vous vous sentirez tétanisé par le regard glaçant des « dents de la mer ».

Dans ces circonstances, la meilleure solution est de ne jamais quitter le requin des yeux.  Surtout, évitez de prendre la fuite en lui tournant le dos, car il vous assimilera automatiquement à une proie. Tout en continuant à le scruter, tendez-lui un objet dur entre 60 et 90 cm de long. Non pas pour lui infliger une correction, mais pour qu’il puisse le renifler. En se rendant compte qu’il n’est pas comestible, le requin rebroussera chemin.

Si vous êtes à deux, mettez-vous dos à dos afin que vous puissiez détecter chacun de votre côté le nombre réel de requins qui vous entourent. Vous pourrez également vous camoufler derrière un récif ou un rocher au fond de l’eau, tout en le gardant de visu. Si vous fuyez, reculez lentement en faisant très attention à vos jambes, vulnérables à une attaque soudaine venant des fonds marins.

Si par malheur il charge vers vous, hurlez de toutes vos forces. Le son de votre voix le surprendra un bref instant, ce qui pourra être votre planche de salut (surtout si vous êtes surfeur) en vous laissant du temps pour regagner la côte ou trouver un endroit sûr. Au cas où il se montrerait agressif, frappez-le au niveau des yeux et des branchies, ses organes les plus fragiles.

Enfin, vous pourrez vous mettre dans la peau d’un Houdini marin en tentant d’hypnotiser le squale. Il suffit de le caresser sous les ampoules de Lorenzini, des capteurs sensoriels situés au niveau du nez, pour le faire entrer en catalepsie ou immobilité tonique. Une autre méthode est de le retourner sur le dos afin de le plonger dans une douce torpeur. Évidemment, vous devrez être assez costaud pour y parvenir, surtout si c’est un requin-tigre !

Enfin rappelons nous de relativiser les choses. Certes les requins sont dangereux mais les chances d’être attaqué sont faibles, donc pas de panique !

Laisser un commentaire