Le tourisme fluvial, acteur important du développement durable

Un temps délaissé au profit des autres moyens de transport routiers et aériens, le transport fluvial revient progressivement sur le devant de la scène grâce au tourisme fluvial et aux préoccupations d’ordre écologique.

Les fleuves et l’écotourisme

Alors que de nombreux pays prennent conscience de l’importance de la protection de la nature et de l’environnement, comme le montre l’effervescence autour de la COP21 du 30 novembre, à Paris, les fleuves ont justement un rôle stratégique à tenir pour le développement et la santé économique des régions qu’ils traversent. Ces dernières années ont d’ailleurs vu l’avènement du tourisme fluvial dans le monde et tout particulièrement en France.

Ainsi, en 2014, pas moins de 600 000 touristes français ont emprunté un bateau fluvial de type péniche, riverboat, ou vedette, pour profiter de cette incomparable sensation de liberté et d’évasion que procure la navigation sur eau douce. Quant aux visiteurs étrangers, ils ont été près de 250 000 à avoir bénéficié des prestations offertes par les acteurs du tourisme fluvial, durant cette même année.

En Europe, les réseaux fluviaux privilégiés par les croisiéristes français sont ceux de l’Hexagone à hauteur de 30 % de part de marché. Viennent ensuite le Rhin (24 %) qui forme la frontière franco-allemande avant d’arroser les Pays-Bas, le Danube (18 %), les cours d’eau russes (11 %), ainsi que ceux du Portugal (4 %).

Bateaux fluviaux à quai

Le secteur du tourisme fluvial en forte croissance

Il faut en outre souligner que le dynamisme du tourisme fluvial ne concerne pas seulement l’Europe, car le marché du reste du monde a enregistré une croissance significative de 28 % l’année dernière. Ceci, alors que seulement 5 000 de nos compatriotes ont réalisé des croisières sur des voies d’eau se trouvant en dehors du continent européen.

Dans un contexte où l’écotourisme prend de plus en plus d’importance, l’avenir de plusieurs villes et localités de France passe donc par un développement de leurs activités touristiques fluviales. Chose que les bateliers français ont bien comprise, comme ils le montrent à travers la mise en place de nouvelles offres de croisière. Les péniches hôtels, qui transportent environ 20 000 touristes chaque année, en font partie. Ces hôtels flottants sont déjà présents sur tous les canaux emblématiques de l’Hexagone, dont la Seine, le canal du Midi, le canal de Bourgogne, ou encore la Garonne.

Notons en plus que le transport fluvial figure parmi les solutions à développer en matière de lutte contre l’effet de serre. Le Comité des Armateurs Fluviaux n’a d’ailleurs pas manqué de souligner que ce mode de transport émet 4 fois moins de CO2 que le transport routier, en plus de consommer 3,7 fois moins de carburant.

Laisser un commentaire