Landévennec : le cimetière de bateaux fantômes

(La photo ne concerne pas le cimetière de Landévennec)

Si le méandre de l’Aulne dévoile un magnifique panorama sur l’île de Térénez et la pointe de Penforn, il véhicule également une histoire qui enchantera les croisiéristes. C’est en effet dans ce méandre que sont stockées quelques-unes des coques de navires de la Marine nationale française. De vieux navires qui ont donné au méandre le surnom de cimetière de bateaux fantômes.

Une page d’histoire

Le méandre accueille, vers 1840, la Station Navale qui sera visitée, 18 ans après, par l’Impératrice Eugénie et Napoléon III au cours de leur voyage en Bretagne. La station devait recevoir des bateaux de réserve et quelque deux cents marins qui ont élu domicile dans la charmante commune de Landévennec.

L’armée allemande s’empare des lieux durant la Seconde Guerre mondiale. Elle y aménage quelques-uns de ses navires, dont le vaisseau-école des Mousses, connu sous le nom de l’Armonique. Celui-ci coulera en août 1944. Le site se retrouve ensuite entre les mains de la Marine nationale qui y stockera ses bateaux. Des bateaux fantômes qui attendent, jusqu’à nos jours, le chantier de démantèlement.

Un magnifique site à découvrir

Si le méandre porte un surnom funeste, il n’a cependant rien perdu de son charme. Situé non loin de l’entrée de la rade de Brest, l’Aulne dévoile en effet un paysage des plus époustouflants dessiné par l’île de Térénez. Protégé des vents par les hauteurs environnantes, le site se révèle être une destination à privilégier pour les vacanciers. Notons que les fonds dépassent les 10 mètres, et ce, même à marée basse.

Vous pourrez ainsi vous y rendre sans craindre les mauvaises surprises et découvrir le fameux cimetière de bateaux fantôme. Les amateurs de kayak se plairont à voguer jusqu’au cimetière au départ de l’abbaye Saint-Guénolé, situé sur la commune de Landévennec.

Les adeptes de randonnées sont, quant à eux, invités à suivre la route qui conduit au village. Vous atteindrez un belvédère où vous attend une vue imprenable sur l’île de Térénez, l’anse de Penforn et, bien entendu, les épaves des navires de renom comme la coque du Tourville gisant au cimetière depuis décembre 2012. À marée basse, vous apercevrez le sommet des mâts perçant le fond.

Laisser un commentaire