James Cook – Partie 1

Son enfance

James Cook

Né en 1728 d’une famille modeste du Yorkshire en Angleterre, James Cook s’engage très tôt comme simple mousse dans la Royal Navy, gagne ses grades un à un et apprend les mathématiques, l’hydrographie et l’astronomie. En participant au siège de la ville de Québec pendant la guerre de Sept Ans en Amérique, il cartographie toute l’embouchure du Saint Laurent.

En déposant un mémoire sur une éclipse du soleil, il attire l’attention de la Royal Society qui lui confie une expédition dans le Pacifique Sud dont la mission est double :  officiellement, observer le passage de Vénus devant le soleil entre le 3 et 4 juin 1769 et officieusement  découvrir la légendaire Terra Australis …

La découverte des îles de l’Océan Indien

l’Endeavour

C’est à bord d’un robuste charbonnier de 29 mètres l’Endeavour que Cook appareille de Plymouth le 26 Août 1768 accompagné d’un astronome Charles Green et d’un botaniste Sir Joseph Banks (fils d’une bonne famille britannique, fat et arrogant qui part faire le tour du monde flanqué de ses 4 valets et de ses 2 lévriers mais qui à 25 ans est aussi un authentique savant dont la notoriété sera universelle). Sauf l’intelligence, tout séparait Cook et Banks … ils s’entendirent à merveille … Direction le Pacifique Sud … par le Cap Horn.

Ils atteignent l’Ile du Roi Georges (Tahiti) en Avril 1769, s’y installent pour 3 mois, y découvrent la faune, la flore, les moeurs et les coutumes des Tahitiens. Et des Tahitiennes …

Vénus passa comme prévu devant le soleil, dans une providentielle trouée d’un ciel chargé de nuages de tempête. Mais d’autres Vénus attendaient les matelots à Tahiti  et lorsque l’Endeavourremit les voiles mi-juillet, la moitié de son équipage était atteint de syphilis.

Cook baptisa l’archipel Iles de la Société en l’honneur de la Royale Society et piqua vers le sud pour tenter de découvrir un éventuel continent.

La découverte de la Nouvelle Zélande et de l’Australie

600px_Cook_Three_Voyages_59

C’est la Nouvelle Zélande qu’il découvrit en Octobre et il y répertoria sa cartographie et son hydrographie pendant 6 mois. Le détroit qui y sépare l’île Nord et l’île Sud porte encore aujourd’hui son nom.

Puis les anglais, en route vers la Tasmanie, essuyèrent une tempête qui les mena le 28 avril 1771 en Nouvelle Hollande, récemment découverte et qui n’était autre que l’Australie dans une baie assez riche en plantes inconnues pour mériter le nom fameux de Botany Bay. Un peu plus au nord, une seconde baie profonde, non explorée, fut baptisée Port Jackson et deviendra le site de Sydney.

Le retour de l’expédition, le 13 Juillet 1771, par Batavia (Jakarta) et le Cap de Bonne Espérance, déchaîna un grand enthousiasme dans toute l’Angleterre. Même si le bilan cartographique et botanique était exceptionnel, les scientifiques restaient persuadés de l’existence d’un continent austral, beaucoup plus vaste que ce qu’ils connaissaient et plus au sud encore. Il fallait repartir …

Laisser un commentaire