Florence Arthaud, la petite fiancée de l’Atlantique

Florence Artaud portait bien son surnom de « petite fiancée de l’Atlantique ». À 21 ans, cette navigatrice française avait remporté la Route du rhum, devenant ainsi la première, et la seule femme à ce jour, à avoir gagné de cette prestigieuse course transatlantique en solitaire. Mais l’année dernière, celle qui est devenue une véritable icône de la voile disparaissait tragiquement dans un accident d’hélicoptère, en plein tournage de l’émission Dropped de TF1.

Une grande figure de la voile moderne

Florence ArthaudFille de Jacques Arthaud, l’éditeur des récits de grands marins, Florence Artaud Monique nourrissait une intarissable passion pour la navigation en mer. Dès l’adolescence, cette rebelle au tempérament bien trempé, pourtant issue d’une famille bourgeoise parisienne, préférait déjà les appels du grand bleu aux études. Ainsi, dès 1978, il a fallu compter sur elle pour prendre part à la toute première édition de la Route du rhum durant laquelle elle fut la coéquipière de Loïc Caradec.

L’un de ses rêves les plus chers se réalisera 12 ans plus tard, lorsqu’elle remporta cette légendaire course transatlantique en solitaire qui relie la France métropolitaine et la Guadeloupe. Seule à la barre de son trimaran Pierre Ier de Serbie, elle pulvérisa de surcroît le record établi par Philipe Poupon, en bouclant la course en 14 jours, 10 heures et 10 minutes. Quelques semaines auparavant, elle avait déjà battu de près de 2 jours le record de la traversée de l’Atlantique Nord à la voile en solitaire détenu par Bruno Peyron.

Ses exploits qui lui ont alors permis de se faire une place parmi les grands noms de la voile moderne, comme Eric Tabarly, Olivier de Kersauson, Éric Loizeau, Gérard Petipas ou encore Alain Colas. On n’oubliera pas de signaler que Florence Artaud demeure également une référence dans la littérature sur la navigation marine. Elle a notamment publié de beaux ouvrages comme Fiancée de l’Atlantique (1982), Océane (2008), Un vent de liberté (2009), ou Cette nuit, la mer est noire (2015).

Une vie intense et mouvementée

Flore Arthaud, Un vent de LibertéCelle qui a aussi été élue Championne des champions français par le journal L’Équipe en 1990 a eu une existence particulièrement riche en aventures et en péripéties en tout genre. Elle n’a d’ailleurs jamais pu se ranger dans une vie de famille tranquille. Elle a notamment été l’épouse du navigateur Loïc Lingois, avec qui elle a mis au monde Marie en 1993, puis celle d’Éric Charpentier en 2005, avant de devenir la compagne d’un autre navigateur, Phillippe Monnet. Aujourd’hui, on peut volontiers dire que son plus grand amour a été la navigation à la voile.

Devant la presse, la championne avait souvent fait part de sa grande fascination pour l’époque où les navigateurs vivaient en communauté, avec leurs bateaux en guise de maisons. Et malgré le fait que son caractère imprévisible a souvent fait fuir les sponsors, Florence Arthaud arrivait toujours à se fixer de nouveaux challenges, tout en restant dans le domaine des sports nautiques. Les semaines précédant sa disparition brutale, elle planifiait une compétition de voile réservée aux dames et dont la première édition devait se dérouler en Méditerranée pendant l’été 2015.

Malheureusement, le destin en avait décidé autrement. Le 9 mars 2015, la Fiancée de l’Atlantique fait partie des victimes d’un tragique accident d’hélicoptère survenu en plein tournage d’une émission de téléréalité. Elle et 9 autres personnes, dont la championne de natation Camille Muffat et le boxeur Alexis Vastine, trouvèrent la mort suite au décrochage de l’appareil qui a été affrété par la chaîne de télévision TF1 pour le jeu télévisé Dropped. Pour rendre hommage à cette navigatrice d’exception, une digue du port de plaisance de Brest porte désormais le nom de Florence Arthaud.

Si vous souhaitez tout connaitre de la vie de cette légende de la voile, nous vous recommandons de lire son passionnant chef-d’œuvre Fiancée de l’Atlantique (1990) édité par Ouest-France, ainsi que son autobiographie intitulée Un vent de liberté parue en 2009 chez Flammarion/Arthaud.

Laisser un commentaire