Pot au Noir ou Pote au Noir ?

Entre le 5° et le 10° nord et le 5° et le 10° sud, le “Pot au Noir” est une zone jadis redoutée des marins et encore des skippers en compétition lors d’un tour de monde à la voile. Pour cela, il faut franchir deux fois l’Atlantique, deux fois l’équateur, deux fois le “Pot au Noir” et s’attendre à rencontrer grains violents, calmes absolus, ciel noir, pluies torrentielles et brises folles.

Voici un vieux conseil des Portugais du XVème siècle : tirer vers le Brésil à la toucher avant l‘équateur, puis en dessous, repiquer vers le cap de Bonne-Espérance. Une compétition autour du monde peut se perdre ou se gagner dans la façon de dominer le “Pot au Noir”. Si le moteur a changé la donne, le spectacle de la mer reste le même.

Mais d’où vient le nom de “Pot au Noir” ? Certains diront que c’est lié au nuage noir que l’on peut rencontrer dans cette zone, d’autres donneront une explication plus historique.

A l’époque, cette zone était très redoutée des matelots, à cause des orages violents ou des zones de calme. Pour beaucoup de peuples africains, l’orage est le mariage de la Terre et du Ciel, donc un événement heureux. Les pluies abondantes permettaient de laver le bateau et par la même occasion l’équipage et les esclaves. Ce moment était donc accueilli avec joie par les esclaves qui pouvaient sortir à l’air libre et profiter de la pluie pour se laver. Un bonheur de courte durée pour ces hommes en manque de liberté. D’où l’expression “Pote au Noir”.

 

Lorsque les alizés convergent dans la ZCIT (La zone de convergence intertropicale), c’est pour s’élever aussitôt verticalement, nous sommes alors dans la zone de convection de l’équateur. Ainsi, dans cette zone, le mouvement de l’air est surtout vertical et il n’y a à peu près pas de vent horizontal. Les marins nomment cette région le pot-au-noir.


On observe que les alizés du NE de l’hémisphère nord et les alizés du SE de l’hémisphère sud convergent vers l’équateur météorologique. En conséquence, ce dernier est également nommé ZCIT ou zone de convergence intertropicale.