L’histoire des bateaux-mouches

À la forme plutôt originale, le bateau-mouche se rattache aujourd’hui à l’image touristique de Paris. Il permet de naviguer le long de a Seine et d’observer au fil de l’eau les plus belles richesses architecturales de la capitale.

Des origines lyonnaises

Contrairement à ce que l’on pense, l’expression « bateau-mouche » dévoile une histoire assez impressionnante. Celle-ci trouve ses origines au XIXe siècle, sur les rives de la Saône, dans l’une des banlieues sud de la ville de Lyon. Le terme « mouche » est avant tout utilisé en tant que surnom attribué aux bras fluviaux comblés ayant pour objectif d’assainir la ville. Les bras fluviaux autrefois appelés « mouche » ont donné leur surnom à l’un des quartiers en banlieue lyonnaise. C’est donc au niveau de cette localité que la « Compagnie des Mouches » dirigée par Messieurs Chaize et Plasson s’est installée. Il s’agit d’un chantier naval spécialisé dans la construction de bateaux destinés au transport de passagers. L’appellation de « bateau-mouche » est attribuée de manière naturelle aux embarcations aux lignes plutôt ingénieuses et révolutionnaires qui sortent de ce chantier naval lyonnais.

L’Exposition Universelle de Paris en 1867

Ce n’est qu’en 1867, lors de l’Exposition universelle qui s’est tenue à Paris que les bateaux-mouches ont fait leur première entrée dans la capitale française. Les organisateurs de l’évènement ont décidé de lancer un concours. Celui-ci a été remporté par le constructeur naval lyonnais Michel Félizat. À l’issue de cette opportunité, il achemina une trentaine d’exemplaires de ces bateaux innovants tout droit sortis du chantier naval du quartier de la Mouche, dans la banlieue sud de Lyon.

Après la Seconde Guerre mondiale, le transport fluvial des voyageurs a progressivement disparu, laissant la place au transport terrestre et aux transports souterrains, entre autres le métro. C’est à ce moment précis qu’un certain Jean Bruel a eu la brillante idée d’acquérir les derniers bateaux-mouches de l’exposition universelle. Son objectif est relativement simple : proposer des formules de promenade originales aux touristes afin qu’ils puissent découvrir les édifices aménagés au bord de la Seine de manière originale. Jean Bruel dépose donc la marque Bateaux Mouches en 1950.

Le canular de Jean Bruel

En plus de redonner une nouvelle vie aux bateaux ayant remporté le concours de l’Exposition universelle de 1867, Jean Bruel a décidé de pousser encore plus loin l’histoire des bateaux-mouches. Pour faire parler de sa nouvelle activité touristique, il décide alors de créer le personnage mythique de Jean-Sébastien Mouche. Il le présente tout simplement comme le principal fondateur des Bateaux Mouches. L’histoire de ce navire continue son chemin avec une biographie. En effet, suite à ces successions d’évènements, le célèbre journaliste de l’époque, Robert Escarpit, un collaborateur de renom du journal Le Monde décide de créer et d’imaginer une biographie du personnage fictif Jean-Sébastien Mouche.

Il s’agit d’un homme aux multiples talents. En plus d’avoir créé ces bateaux que l’on associe désormais à l’image de la capitale française, celui-ci est également un proche collaborateur du baron Haussmann, le préfet de la Seine et fondateur d’une police de renseignements surnommée « mouchards ». Le terme « bateau-mouche » serait, d’après cette biographie, en liaison étroite avec ce surnom attribué à cette institution policière. La célébrité et le succès de cette histoire autour du personnage de Jean-Sébastien Mouche deviennent immédiats. Le 1er avril 1953, la municipalité de Paris décide d’organiser une inauguration en grande pompe de ce type d’embarcation, tout en rendant hommage au génie et à la créativité du créateur fictif des Bateaux-Mouches. Cet évènement est immédiatement relayé par les médias et propulse par la même occasion le tourisme fluvial de Paris.

Laisser un commentaire