La belle aventure de l’Hermione

La semaine dernière, “l’Hermione” a effectuée sa première sortie en mer, saluée par des milliers de personnes. L’occasion pour nous de vous en dire un peu plus sur ce magnifique ouvrage, réplique à l’identique de la frégate qui a conduit La Fayette aux États-Unis en 1780…

“La frégate de la liberté“
En 1780, à Rochefort, le marquis de La Fayette embarque à bord de “L’Hermione”, une frégate en partance pour les États-Unis. Après 38 jours de navigation, il débarque à Boston et apporte alors son soutien aux insurgés américains en lutte pour leur indépendance.

L'Hermione, détail du tableau de Rossel de Cercy
L’Hermione, détail du tableau de Rossel de Cercy

Plus de deux siècles plus tard, “l’Hermione” n’est pas tombée dans l’oubli. En 1997, l’Association Hermione-La Fayette décide d’entreprendre le projet insensé de reconstruire le plus fidèlement possible la frégate d’origine, tout en tenant compte des contraintes réglementaires actuelles. Un véritable défi technique dans le respect de l’authenticité. Il a fallu partir de zéro, la plupart des techniques de l’époque ayant été perdues, les plans complets de la frégate n’existant plus. Après 17 ans de chantier, 25 millions d’euros, l’intervention de centaines de professionnels et bénévoles venus des quatre coins du monde, l’heure de la sortie en mer est arrivée, non sans une grande émotion. Sur le pont, un équipage de 18 professionnels et 54 volontaires s’affairent : cela fait plus de deux siècles qu’un tel navire n’a pas pris la mer !

L’Hermione, un trois-mâts de plus de 65 mètres de long, 2200 m2 de voilure, 1166 tonnes de chêne et de métal, 34 canons...
L’Hermione, un trois-mâts de plus de 65 mètres de long, 2200 m2 de voilure, 1166 tonnes de chêne et de métal, 34 canons…

La suite ?
D’autres sorties en mer d’entraînement auront lieu jusqu’au retour de “l’Hermione” à son port d’attache en novembre, pour les ultimes réglages, avant de s’élancer sur les traces de La Fayette au printemps 2015. “L’Hermione” quittera alors Rochefort pour l’Amérique, où elle fera une douzaine d’escales, de Norfolk à Halifax, en passant notamment par Baltimore, Philadelphie, New York et Boston. Un service est d’ores et déjà disponible pour suivre en direct ses déplacements. Ensuite, la frégate retrouvera son bassin et ses visiteurs, avant de repartir peut-être pour de nouvelles aventures : le Québec, les Antilles et l’Île Maurice sont déjà demandeurs !

Crédits photo :
L’Hermione détail du tableau de Rossel de Cercy – André Béthencourt 
Hermione – Bachelot Pierre J-P 

Philippe Brunet

CEO du Groupe Filovent